mardi 12 mai 2020

Batronoban n'est pas un inconnu dans le petit monde du jeu de rôle. Aux commandes de Batro Games, il édite nombre de jeux remarquables qui ont connu un bon succès auprès des rôlistes : Colonial Gothic, Rotting Christ, la trilogie de la Crasse, etc.

Batro est également un fin connaisseur des Chroniques des Ténèbres. Pour preuve, si vous allez faire un petit tour sur le Grog, vous pourrez vous rendre compte qu'il a proposé un grand nombre de critiques sur ces jeux.

À l'occasion de la sortie française de Démon : la Damnation, il a accepté de nous écrire un scénario original pour le jeu, qui sera offert aux souscripteurs si le Défi des 30 000€ est relevé. Nous lui avons donc posé quelques questions sur son rapport aux Chroniques des Ténèbres, à Démon et sur le scénario qu'il va nous proposer.

Une belle collection :)


Les Chroniques des Ténèbres et toi, ça a l’air d’être une grande histoire d’amour. Qu’est -ce qui te plait dans cet univers ?

Batro : Jouer des monstres, bien sûr. C'est conçu avec intelligence. Cette réappropriation des créatures légendaires en version moderne et avec leur société développée... je trouve que c'est fait avec goût. Le fait que ce soit un univers contemporain, parallèle au nôtre, avec une mythologie propre à chaque espèce surnaturelle. La liberté permise, aussi. Y'a pas une unique version des Chroniques des Ténèbres : tout est optionnel, y'a pas d'évolution du monde. C'est les PJ qui le font évoluer, pas l'éditeur. Les auteurs poussent les meneurs à customiser les jeux. Exemple typique : dans Démon, l'origine et la nature de la Machine Dieu est laissée au choix du Conteur,. Les auteurs te proposent plusieurs réponses possibles, et toi tu choisis. Tu peux aussi décider que les Vampires ou les Garous n'existent pas. J'adore. Les règles. Jeter des dés 10 et faire 8+ est rapidement compréhensible, le combat peut se gérer en un seul jet d'opposition si tu veux aller vite, et chaque gamme apporte son lot de particularités qui renforcent le background. Dans Démon, tu as les Gadgets, les Couvertures, le Cypher, la Forme démoniaque, etc. Mieux encore : les crossovers sont hyper simples puisque les règles sont unifiées à travers les 11 gammes et proposent une échelle de puissance unifiée.


Quelle place prend Démon dans ta pratique des Chroniques des Ténèbres ? Qu’est ce que tu aimes dans ce jeu ?

Batro: J'ai masteurisé plusieurs campagnes de Requiem, quelques gros scénarios des autres gammes mais Démon c'est celui qui a le plus marqué ma bande de potes, je crois. Ils m'en reparlent encore régulièrement. On a joué la campagne humaine proposée dans le gros bouquin Chronicles of Darkness puis enchaîné sur Demon et ses secrets. La mythologie de la Machine-Dieu, ses organisations secrètes, sa méthodologie matrixienne, son ambiance Guerre Froide et cybernétique à la fois... je crois que c'est l'originalité de la proposition qui a convaincu. Imaginer qu'on puisse pirater et lutter la réalité, voler l'identité des humains et se faire passer pour eux, faire du Mission Impossible tout en incarnant un monstre biomécanique... Le jeu est très riche et offre de nombreuses idées d'aventures. Et tu peux aussi jouer des humains, des Stigmatiques, des hybrides démons-humains... Enfin, une fois que tu as joué à Demon et que tu rejoues aux autres jeux, tu ne peux pas t'empêcher de penser "ne serait-ce pas un plan dans un plan dans un plan de la Machine ?" ahahah ! C'est vraiment cool. Je vais aller plus loin : la mythologie de la Machine Dieu est une nouvelle version de la mythologie de Lovecraft, mise à jour pour notre époque. Elle fait plus de sens et a la même force : protéiforme, évocatrice, adaptable à tout jeu d'horreur.



Sans trop spoiler, qu’est ce que tu as préparé à la communauté dans ton scénario ?

Batro : Le scénario s'intitule System Failure. Il est pratique pour des débutants car il propose un moyen de faire "chuter" les personnages collectivement, avant de leur faire découvrir la société des Démons... et ses dangers. L'objectif était de présenter tous les aspects essentiels du jeu en un scénario. La Chute, les Stigmatiques (des humains modifiés par la Machine), un Exilé (un ange qui est déconnecté de la Machine mais n'est pas devenu un Démon), des Anges dangereux et étonnants (un des Anges du scénario est un satellite vivant !), des intrigues d'espionnage, du piratage métaphysique, d'autres dimensions... je me suis tellement éclaté à l'écrire ! Il se déroule à Seattle, qui est une ville décrite dans le livre de base. Même si vous aimez écrire vos propres scénarios, je pense qu'en lisant System Failure vous aurez une très bonne idée du type de scénarios qu'on peut jouer à Démon.


Question bonus : quel est ton jeu préféré des Chroniques des Ténèbres ?

Batro : Aaaah la question qui tue ! Bon, j'ai masteurisé à tous les jeux des Chroniques des Ténèbre, sauf Deviant. Surtout Requiem, Démon, Momie et Beast. Je pense que Démon est mon favori pour les raisons que j'ai indiquées plus haut. Mais je vais te parler des deux autres.

Momie, tu incarnes des immortels qui se réveillent pour protéger les ruines de leur civilisation disparue, le tout sous la menace de dieux pseudo-égyptiens qui tu dois servir dans l'éternité... tu peux mélanger plusieurs époques de réveil, et faire un choix entre la mémoire et le pouvoir. Lorsque tu te réveilles, tu es une sorte de demi-dieu. Puis ta puissance descend inexorablement. Tu vas essayer de ralentir ça... au risque de déclencher le courroux de tes Juges divins. C'est un jeu à secrets, aussi. Récemment j'ai fait jouer Momie durant la Révolution française, en profitant d'un setting Dark Eras (une série de tomes historiques crossovers pour les Chroniques des Ténèbres). C'était trop cool. 

Beast, d'un autre côté, c'est le seul jeu d'horreur qui m'a vraiment fait peur. Tu incarnes un monstre mythologique ou d'une légende urbaine (j'ai incarné une sorte de Godzilla et une autre fois une sorte de Freddy les Griffes de la Nuit, par exemple) avec qui tu as fusionné dans le monde des cauchemars. Tu te nourris de la peur de tes victimes. Les scènes de "nourrissement" sont vraiment hardcore, car tu crées des illusions ou tu mets en place des stratégies de torture psychologique pour manger leur peur. Tu dois construire ta légende, te faire une place dans l'inconscient collectif pour devenir la Bête ultime de la région, et vaincre les "héros" de l'humanité qui te traquent jusque dans ta tanière. Une tanière que le jeu te propose de définir et d'entretenir. Et enfin les Bêtes considèrent les autres créatures surnaturelles comme leurs "cousins". Elles ont des pouvoirs pour imiter les autres créatures. C'est un jeu très crossover. Je sais pas, je pourrais t'en parler des siècles de ce jeu. Après il est hardcore, il plaira pas à tout le monde !

0 commentaires :

Publier un commentaire